Entrez votre adresse Email :
Preview | Powered by FeedBlitz
Ma Photo

Profil TypePad

Être informé de mon activité. Suivez-moi sur mon profil.
Blog powered by Typepad
Membre depuis 05/2005

Blogs recommandés

  • A toi l'honneur !
    Vie politique en Socialie, coups de gueule, clins d’œil, satisfecit, politique...
  • Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (Asselaf)
    Son but : améliorer l’enseignement de la langue française, assurer son expansion et son rayonnement
  • Bescherelle ta mère
    Bescherelle ta mère - On t'apprend à parler français, putain !
  • Bout de fil
    Cette blogueuse s'annonce "passionnée de broderie", mais elle brode plutôt sur l'actualité, et bien.
  • Ceux qui aiment Eric Zemmour
    Eric Zemmour, polémiste courageux. Deux semaines après l'arrivée de Hollande à la présidence est annoncée la suppression de sa rubrique matinale sur RTL. Le grand et peu glorieux nettoyage de printemps socialiste remet en place la pensée correcte à coups de balai.
  • Chroniques désabusées
    Je me trouve fort bien de l'absence des gens que je n'aime pas.
  • Dire, ne pas dire
    Conseils de l'Académie française
  • Foire Aux Questions (FAQ) sur l'islam
    "Beaucoup de chrétiens et de musulmans tordent le sens des écritures dont ils se réclament. Ce site a pour but d'aider tous ceux qui cherchent Dieu dans les textes révélés."
  • Fromage Plus, le moisiblog
    Critiques réactionnaires du XXIe siècle. "Dura Moisiblog, sed Moisiblog"
  • Hashtable
    "Petites chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition" : l'un des blogs politiques anti-socialistes parmi les plus fréquentés et les plus influents, mérite notre soutien.
  • Hérodote
    La référence des passionnés d'Histoire
  • A droite, fièrement !
    Par l'auteur du blog désormais caduc "Je suis stupide, j'ai voté Hollande", ce nouveau blog, en juin 2017, est voué à la défense des valeurs de droite
  • Justice au singulier
    Le blog de Philippe Bilger, jusqu'à 2011 avocat général à la cour d'assises de Paris. Bilger souffre d'antisarkozysme primaire et il est un admirateur inconditionnel de Marie-Ségolène Royal... vous voyez le genre de bonhomme !
  • L'observatoire de l'islamisation
  • L'observatoire de la christianophobie
    Le site francophone de référence sur l'ensemble des actes de persécution anti-chrétienne, en France et dans le monde.
  • La gauche m'a tuer
    "1er média d'opinion de droite"
  • La plume à gratter
    "Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux." La Boétie
  • La voie de l'épée
    Blog de Michel Goya, rédacteur de la revue Guerre & Histoire - Stratégies militaires
  • Langue sauce piquante
    Le blog des correcteurs du journal Le Monde. Enfin un blog garanti sans fautes, qui nous explique notre langue, ses origines, ses originalités, sa ponctuation, sa conjugaison, son subjonctif. Tout ce qu'on aime.
  • Le blog de Didier Goux
    Traité d'homme de droite par toutes sortes d'imbéciles
  • Le film du jour
    Fiches, critiques, commentaires sur les films aux titres étranges, rigolos, abscons, débiles... les nanars, les pépées, ciné-glouglou, les énigmes, les bogoss, les claps de fin...
  • Le Lensois normand
    Tout sur Lens... et autres choses. Une "mine" d'informations sur ma bonne ville de Lens.
  • Le plouc émissaire
    Moments d'humeur en pataugeant au bac à sable des morts-vivants... "Avant de consulter ce blog ou ses liens, nous vous conseillons de vérifier que vous êtes à jour de vos rappels de vaccins."
  • Lenonce
    Tout ce qui nous énerve, tous ceux qui nous énervent, c' est ici et nulle part ailleurs, blog tenu à deux mains par Géronte et Lenonce (les beaux de Provence)
  • Liberté d'expression, le blog d'Ivan Rioufol
    Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées (Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro)
  • Matière de France
    Le blog de Rémi Usseil, consacré aux chansons de geste
  • Maxime Tandonnet
    Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur et à l’Élysée, il a écrit plusieurs ouvrages historiques et d'actualité. Il fut accusé d'avoir co-rédigé le discours de Grenoble de Sarkozy (30.07.2010).
  • Méchant réac !
    Blog pour les conservateurs qui aiment le progrès
  • Shimrod
    "Quand je n'ai rien à dire, je veux que tout le monde le sache"
  • Site officiel de la commune de Voizon
    FICTION DELIRANTE -- "Couchée entre la Dreune et la Viaine, toutes deux confluents de l’Auron, érigée à moins de 80 km de Décize, Voizon, technopole médiévale tournée vers le futur, a su faire rimer gastéropode (son emblème) avec iPod (pour une certaine idée de la modernité). Je vous préviens, c'est du pur délire." Hélas c'est du passé, puisque ce site jadis riche, dense et replet s'est ratatiné soudain en octobre 2007 en blog étriqué où l'on peut cependant encore déguster quelques reliefs du festin pour amateurs barjots qu'il fut. J'ai fait virtuellement retraite une semaine à Voizon en mai 2007 afin d'habiter ma fonction d'électeur sarkozyste décomplexé.

« Il est stupide, il a voté Hollande... mais depuis il s'est ressaisi | Accueil | Crash de Dropped* »

Commentaires

Le Nain

Ce qui est énervant dans les postures politiques, c'est qu'elles sont forcément binaires. C'est bien ou c'est mal, c'est blanc ou c'est noir.

Ce qui est excessif est toujours exagéré, et il suffit d'avoir lu Hélie Denoix de Saint Marc pour savoir que la nuance était son amie, qu'il avait vu trop de choses, trop d'horreurs pour ignorer que le bien et le mal sont rarement tranchés.

Le politique a encore perdu une occasion de se taire, car si le 19 mars 1962 me laisse indifférent, le nom du Résistant et du mutin me parle. Il me raconte l'histoire de la France du XXème siècle, qu'un Français de fraîche date ne peut pas comprendre car ses pères n'y ont point participé.

Un article du Figaro, très bien écrit pour une fois:

http://www.lefigaro.fr/culture/2015/03/14/03004-20150314ARTFIG00171-helie-de-saint-marc-homme-de-refus-et-de-reconciliation.php


Et pour mémoire, le livre écrit par Hélie Denoix de Saint Marc et August von Kageneck intitulé Notre histoire, 1922-1945 pour comprendre les ressorts et les motivations de ces hommes de camps opposés. Les potaches ne peuvent pas le savoir, puisqu'on ne leur apprend pas.

Pour la rue Nadia Guendouz, dont la mention de poétesse est à elle seule tout un symbole, je suppose que c'est par réciprocité avec l'avenue du Général Bigeard à Alger ?

REPONSE de GG :
Oui, dans cet esprit, dans mon billet de novembre 2012 dont il y le lien dans ce billet-ci, j'avais proposé à la commune de St Ouen de baptiser une artère "Rue Adolf-Diekmann"
(Ce citoyen allemand commandait la compagnie appartenant à la Division SS Das Reich qui massacra 642 innocents de la commune limousine d'Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944.)

Dominique

"Mémoires des chants de Breizh":
tout sur Nolwen Leroy, Miossec, Alan Stivell, Gilles Servat et les Tri-Yann !

Robert Marchenoir

"Je ne veux plus que nous soyons dans la repentance."

Je regrette, mais un type qui est "dans" quelque chose, il mérite d'être plongé "dans" un tonneau de merde jusqu'à ce que mort s'ensuive, Ménard comme les autres.

Y'a des stagiaires, à la mairie de Béziers, maintenant ?

Sinon, je conseille la collection Tempus, bien imprimée, bien présentée, typographie honorable, notes, index, bibliographies, et plein de pépites réacques tout à fait intéressantes. La biographie de Margaret Thatcher par Jean-Louis Thiériot, par exemple, est très bien.

Et à part ça, on vit dans un pays où le premier ministre considère de son ressort de donner son avis sur un changement de nom de rue dans l'une des 36 000 communes de Frônce.

Franchement, quand on voit ça, je ne comprends pas qu'on puisse être autre chose que libéral. Même Vladimir Poutine ne se mêle pas des noms de rue à Pétaouchnok sur la Volga, et pourtant il se revendique comme tchékiste, c'est à dire membre d'honneur de la police politique sanguinaire de Lénine, la Tchéka...

La France, pays plus socialiste que la patrie du socialisme !

Robert Marchenoir

Je m'aperçois que je viens de faire l'éloge de la typographie de la collection Tempus, alors qu'il y a une faute d'orthographe grosse comme un camion sur la couverture du bouquin d'Hélie de Saint-Marc.

Toufoulkan...

Dithyrambe

La déclaration de Stéphane le foll est particulièrement idiote et il applique aux autres ses obsessions.
Celle là est pas mal non plus
"Contester cette date du 19 mars 1962 est "un acte anti-républicain", estime Roger Hilèlle, du collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée."

Dominique

GG: dans une limousine entre gens de bonne compagnie ...

Robert Marchenoir

Remarquez, c'est normal que le gouvernement s'occupe des noms de rues, puisqu'il se mêle aussi de nous expliquer le genre de femmes que nous avons le droit de désirer :

Loi santé: amendements pour interdire les mannequins trop maigres

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/15/97001-20150315FILWWW00222-loi-sante-amendements-pour-interdire-les-mannequins-trop-maigres.php

Le deuxième amendement, qui sera déposé conjointement avec la délégation aux droits des femmes, créerait notamment un "délit de valorisation de maigreur excessive".

Avant de sauter une greluche, maintenant, il faudra lui demander si ses mensurations sont agréées par le gouvernement.

-- Fais voir... Ah non, désolé, trop petits nibards, c'est pas autorisé.

Un peu comme à la pêche, quoi.

Je confirme : Hollande est plus socialiste que Poutine. Ce dernier se contente de faire la chasse aux homosexuels et d'interdire les sous-vêtements féminins en nylon (yesss...).

Dithyrambe


délit "d'apologie de l'anorexie". Rien que ça!
Et la liberté d'expression alors.
Qu'est donc cette stigmatisation des très maigres!
Et que signifie cette discrimination à l'embauche.
Qu'attendent les pros de l'antiracisme pour dénoncer cet appel à la haine.
Et à partir de quel IMC les grosses vont devoir quitter leur travail et ne plus s'exposer sur les plages.

alain83

@ Le Nain, vous m'enlevez les mots de la bouche j'allais rappeler cet excellent livre de Saint Marc écrit à quatre mains avec son ancien adversaire.

Robert Marchenoir

Toujours pour chercher des poux dans la tête, la plaque de rue de Saint-Ouen au nom de Nadia Guendouz est plus correcte que celle de Béziers au nom d'Hélie de Saint Marc.

http://bit.ly/1F8hzUQ

En effet, que dit la première ? Infirmière et poétesse membre du FLN. C'est ainsi que l'on doit rédiger une plaque de rue. Que dit la seconde ? Héros français. Ca ne veut rien dire, c'est de la propagande de bas étage, cela n'apporte aucune des informations recherchées.

Français ? Pourquoi dire qu'il est français ? Béziers, c'est en France, non ? Sauf exception, en France, on nomme les rues d'après des Français. Ce n'est lorsqu'on honore un étranger de la sorte que sa nationalité devrait être mentionnée.

Par exemple, pour Nadia Guendouz, dont curieusement personne n'a jugé utile de nous dire qu'elle était algérienne, tout le monde étant, apparemment, censé savoir que le FLN était un mouvement insurrectionnel algérien. Mais peut-être, à Saint-Ouen, ne sommes-nous déjà plus en France.

Mais héros, pour Hélie de Saint Marc ? Pourquoi héros ? Histoire de nous faire comprendre que c'était un mec bien ? Ben, on s'en doute, connard, que tu penses que c'est un mec bien, si tu lui donnes une rue.

Imaginez : rue du caporal Hitler, salopard allemand. Pas crédible...

En revanche, on aimerait bien savoir qui il était, ce gazier d'Hélie de Saint Marc. L'inventeur du bidet à eau tiède ? Le duc de Béziers ? L'inspecteur des impôts qui a fait le plus de redressements au XXe siècle ?

Tout le monde, en France, ne marine pas dans le petit milieu qui ressasse encore les nostalgies de l'Algérie française un demi-siècle plus tard, et ajouterait volontiers un attentat de plus à la longue liste de ceux qu'a subis le général de Gaulle, s'il vivait encore.

La moindre des politesses, pour ne pas parler de la moindre des cohérences, serait de citer les qualités de Saint Marc. Au sens de nom, titre et qualités, bien sûr. Pas au sens de "héros".

D'autant que c'est furieusement subjectif, héros. Il y a un bonne partie de la population française qui estime que ce n'est pas un héros, qui s'en fout, voire qui estime que c'est un enculé de première. Ce qui est parfaitement son droit.

Mais je constate une fois de plus que l'extrême-droite française, qui passe son temps à dénoncer le politiquement correct, n'a rien de plus pressé que d'instaurer son politiquement correct à elle. Ce qui n'est guère mieux.

Prosterne-toi devant Hélie de Saint Marc, bas peuple. C'était un héros. Lèche-lui les pieds.

C'est une saloperie d'avoir débaptisé la rue du 19 mars 1962 pour la donner à Hélie de Saint Marc. Qu'on donne une rue à ce dernier, fort bien. Mais qu'on efface la commémoration des accords d'Evian sous prétexte d'honorer un chef du putsch d'Alger, voilà qui est ignoble. Voilà qui pue le stalinisme, la retouche des photos officielles et le révisionnisme historique.

Les accords d'Evian ont existé, que le FN le veuille ou non. Ce fut une bonne chose. La paix est une bonne chose. L'autodétermination des peuples est une bonne chose. Les accords d'Evian font partie de l'histoire, et les petits potentats locaux qui veulent refaire l'histoire à leur sauce, moi ça ne me dit rien qui vaille.

Ressusciter cinquante ans après cette polémique rancie, nauséabonde et haineuse concernant la date exacte de la fin de la guerre d'Algérie, c'est exactement ce contre quoi le général de Gaulle luttait à l'époque, et avec raison. De Gaulle a cherché toute sa vie à faire l'unité nationale pour que la France puisse s'atteler aux problèmes de l'heure, et non ratiociner sur les problèmes d'hier et ressasser les haines d'avant-hier.

Débaptiser la rue du 19 mars 62, et plus encore pour la donner à un officier factieux, c'est un acte de division nationale. C'est raviver des haines obsolètes, comme si on n'avait pas assez à faire avec les haines contemporaines. C'est saboter le travail de réconciliation nationale accompli il y a déjà fort longtemps.

Ce travail est indispensable au lendemain de toute guerre. On ne peut pas avancer si on ne tourne pas la page.

Que les historiens débattent de l'histoire, que les responsables d'associations de pieds-noirs entretiennent le souvenir, quoi de plus naturel ? Qui a jamais prétendu imposer le silence sur le drame des harkis, interdire le rappel des atrocités qui ont suivi les accords d'Evian ? Personne. Tout cela est parfaitement connu, dans les moindres détails, et régulièrement porté à la connaissance du public.

Que cherchent Ménard et ses amis, en ravivant cette querelle stérile ? Veulent-ils déterrer le cadavre de de Gaulle et le tuer une seconde fois, afin d'assouvir leur ressentiment toujours intact un demi-siècle après ? Veulent-ils recoloniser l'Algérie ? A quoi rime tout ce cirque revanchard ? A quoi ça sert ? Qu'est-ce que cela peut apporter ?

Je rappelle que l'Algérie française, c'était les Algériens citoyens français, soit exactement ce contre quoi le FN prétend se battre aujourd'hui. Il faudrait savoir ce qu'on veut. Le général de Gaulle, lui, au moins, disait, du temps où il prônait encore l'association avec l'Algérie : vous voulez l'indépendance ? D'accord, mais alors les Algériens devront quitter la métropole.

Nous avons un chômage de masse, une fonction publique envahissante, des talents qui s'exilent en masse, une délinquance impunie, une immigration de masse, la sûreté nationale menacée par les djihadistes et par l'impérialisme russe nucléarisé, et il y a des gens qui trouvent malin de refaire la guerre d'Algérie, alors que c'était déjà idiot en 1962 ?

Quand donc ce pays aura le courage d'affronter les problèmes de l'heure, au lieu de se déchirer sur un passé révolu ?

REPONSE de GG :
"Tout le monde, en France, ne marine pas dans le petit milieu qui ressasse encore les nostalgies de l'Algérie française" = kolossale finesse !

Robert Marchenoir

Pourquoi, kolossale finesse ? Observation parfaitement juste et pertinente, au contraire.

C'est un truc qui m'a toujours épaté, cette propension à refaire la guerre d'avant celle d'avant.

C'est une des causes de l'échec du Front national : au lieu de s'occuper des problèmes des gens d'aujourd'hui, il a passé beaucoup de temps à s'occuper des problèmes d'il y a cinquante ans, qui ont été réglés par l'histoire (bien ou mal, ce n'est pas la question), mais sur lesquels on ne peut par définition plus revenir.

S'il fait 30 % aujourd'hui, c'est qu'il a commencé enfin à s'occuper des problèmes des gens de maintenant -- mal, mais enfin c'est déjà un progrès.

Parmi tant de combats d'arrière-garde, cette focalisation d'une partie de l'extrême-droite sur l'Algérie à laquelle il n'aurait pas fallu accorder l'indépendance est véritablement fascinante. On dirait la querelle entre les iconoclastes et les iconodules.

Outre que la question a exactement zéro intérêt sur le plan politique (la politique, c'est l'avenir), j'aimerais bien savoir quel intérêt elle a sur le plan historique. Est-ce que quelqu'un soutient sérieusement que si l'Etat français s'y était mieux pris, l'Algérie pourrait encore être française aujourd'hui ? Et que ce serait une bonne chose ?

Je ne crois pas qu'il se trouve un seul Anglais, aujourd'hui, pour déplorer que l'Inde soit devenue indépendante. Autant regretter la disparition de la machine à vapeur.

Quand j'entends Roger Holeindre, sur Radio Courtoisie, éructer contre X ou Y comme s'ils étaient toujours vivants, comme s'ils se présentaient demain aux élections et qu'il s'agissait de leur barrer la route, je me demande quel intérêt trouvent tous ces gens à cultiver en vase clos leurs haines d'avant-hier.

Et surtout, comment ils pensent intéresser les générations actuelles. Les gens qui avaient 18 ans en 1962 en ont 71 aujourd'hui. Imaginez la façon dont ceux qui ont 18 ans aujourd'hui, ou même 40, reçoivent cette imagerie d'Epinal...

Ceux qui rejouent la guerre d'Algérie aujourd'hui ont exactement la même démarche que ceux qui hurlent aux heures les plus sombres de notre histoire, dès lors qu'on reconduit deux Roms à la frontière.

Je peux comprendre la nostalgie, je peux comprendre le souvenir de l'horreur et le souci d'en garder la mémoire. Mais le problème, c'est que tous ces gens-là font comme s'ils avaient eu raison à l'époque. OK, admettons que le putsch des généraux ait réussi. Et ? Puis ? Qu'est-ce qui se serait passé après ? Où en serait-on aujourd'hui ? C'était quoi, le plan ? La grande vision stratégique ? Il n'y en avait aucune, et pour cause : c'est de Gaulle qui avait compris le sens irrésistible de l'histoire.

Après, on peut pinailler sur les harkis, point de détail de l'histoire de la guerre d'Algérie, comme dirait Jean-Marie le Pen. On ne se prive pas de le faire, et on a raison. Ce qui pose problème, c'est d'en profiter pour suggérer que l'Algérie aurait dû rester française, ce qui est une absurdité.

Au demeurant, quels qu'aient été les scénarios alternatifs du retrait de l'armée française et de la décolonisation de l'Algérie (j'ignore s'il y en a, je n'ai pas creusé la question), il est inévitable qu'il y ait des victimes parmi les collaborateurs, dans une situation analogue. Quand une armée d'occupation quitte un pays, évidemment qu'elle ne va pas emporter dans ses valises tous ses soutiens locaux, et évidemment que certains vont le sentir passer. Personne, que je sache, ne met sur le dos des Allemands les exécutions de l'épuration française.

Ca défrise le sens de l'honneur mal placé des Français, qui est surtout une déconnexion profonde d'avec la réalité. Hélie de Saint Marc était certainement quelqu'un de très romantique pour les jeunes gens, mais c'était probablement une buse sur le plan politique.

Si une partie des Algériens étaient, et sont encore, des barbares musulmans égorgeurs et sanguinaires, ce n'est tout de même pas la faute des Français. Raison de plus pour avoir mis une mer entre eux et nous -- mer qu'ils ont depuis franchie, mais c'est une autre histoire.

Quant aux pieds-noirs, il est largement temps qu'ils nous lâchent la grappe. Y a-t-il, en Turquie, un parti de Turcs qui se plaint d'avoir dû quitter la Grèce ? Y a-t-il, en Grèce, un parti de Grecs qui se plaint d'avoir dû quitter la Turquie ? Non, et pourtant ils ont subi l'une des plus grandes déportations de l'histoire contemporaine, avec massacres à la clé.

Ils se contentent de chanter des chansons nostalgiques et de montrer leurs vieilles photos. Mais ils n'en font pas une question politique. Ils vivent, ils s'occupent de l'avenir. Ils ne fustigent pas Atatürk pour les uns, Venizelos pour les autres, à la manière dont les anciens de l'Algérie française passent leur temps à cracher, encore aujourd'hui, leur haine absurde du général de Gaulle.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

CAPTURES